S’agit-il d’un nouvel appareil ménager économique ou d’un gros consommateur d’électricité ? En fait, un simple coup d’œil à l’étiquette énergétique devrait suffire à clarifier cette question. Mais l’ancien étiquetage était souvent source de confusion, car une grande partie des appareils étaient récemment classés dans les “classes plus” A+, A++ ou A+++.
Le système d’étiquetage à l’échelle de l’UE a donc été révisé en profondeur et redimensionné. À partir du début du mois de mars 2021, des groupes de produits tels que les réfrigérateurs ou les machines à laver devront porter le nouveau label.
Qu’est-ce que cela a changé pour les consommateurs et quels sont les avantages du nouveau label énergétique ?

Réfrigérateur ouvert et rempli de nourriture

Classes d’efficacité énergétique : voici ce que signifient les lettres A à G de l’étiquette énergie

Dans l’UE, les fabricants de gros appareils ménagers sont tenus depuis 1995 d’apposer une étiquette énergétique clairement reconnaissable sur l’appareil. Cette étiquette fournit des informations sur la consommation d’énergie ainsi que sur d’autres caractéristiques d’utilisation. Afin de fournir aux consommateurs une vue d’ensemble simple, une échelle comprenant les classes A (très faible demande d’énergie) à G (très forte demande) a été introduite dans un premier temps. Le facteur décisif pour la classification était la demande d’énergie par rapport à un appareil de référence fictif. Par exemple, un réfrigérateur de la classe A devrait consommer moins de 55 % de la valeur de référence, tandis qu’un réfrigérateur de la classe G, la plus mauvaise, devrait consommer 150 % de plus.

Pour quels appareils ménagers l’étiquetage énergétique est-il obligatoire en Allemagne ?

  • Réfrigérateurs et congélateurs
  • Lave-vaisselle
  • Lave-linge et sèche-linge
  • Téléviseurs
  • Fours domestiques
  • Capuchons de cuisson
  • Lampes et luminaires
  • Hoovers
  • Climatiseurs
  • Chauffages
  • Unités de ventilation de l’espace habitable
  • Chauffe-eau et réservoirs d’eau chaude
Réfrigérateur ouvert et rempli de nourriture

Le progrès technique engendre la confusion

Mais beaucoup de choses se sont passées depuis les années 1990. Les fabricants ont mis au point des appareils de plus en plus performants et, progressivement, presque tous les modèles ont été classés dans les classes A et B. Pour tenir compte du progrès technique, la “meilleure classe” A a finalement été complétée par des signes plus. Depuis 2011, les lave-vaisselle, les lave-linge, les téléviseurs et les réfrigérateurs de la classe d’efficacité énergétique A+++ sont commercialisés. Un téléviseur de cette classe d’efficacité maximale consomme déjà 90 % d’électricité en moins que l’appareil de référence correspondant.

En outre, l’UE a introduit des normes minimales qui rendent souvent obsolètes les classes énergétiques inférieures. Par exemple, depuis novembre 2015, les séchoirs des classes C à G ne peuvent plus être vendus. Ainsi, un appareil ménager de la classe d’efficacité énergétique B, apparemment bonne, répondait tout juste aux normes légales en 2016. Pour les lave-vaisselle et les réfrigérateurs, même la classe A+ a été définie comme la norme minimale.

Conséquence inévitable : presque tous les appareils vendus récemment appartenaient aux classes d’efficacité énergétique A+ à A+++. Mais un label qui donne de bonnes notes même à un consommateur d’énergie ne dit pas grand-chose. Afin de rétablir la signification et l’objectif initiaux, l’UE a décidé de réviser fondamentalement l’étiquette énergétique dans le cadre d’un processus progressif.

À partir du début du mois de mars 2021, les premiers groupes de produits, tels que les réfrigérateurs, les lave-linge et les lave-vaisselle, devront obligatoirement porter la “nouvelle étiquette énergie”. Cela implique les changements suivants :

1. nouvelle échelle de classes d’efficacité énergétique de A à G

Les classes A+ à A+++ disparaissent complètement du nouveau label énergétique. Au lieu de cela, l’échelle originale et intuitive de A (meilleure valeur) à G (pire valeur) sera réintroduite. Le codage couleur du feu supplémentaire de “vert foncé” à “rouge foncé” reste inchangé.

Ainsi, un appareil labellisé “A” figure à nouveau parmi les plus économiques de sa catégorie. Cependant, l’UE a considérablement renforcé les critères de classification : selon les nouveaux critères, un réfrigérateur de l’ancienne classe A+++ peut être classé au mieux dans la classe B. Ainsi, au cours de la première phase qui a suivi l’introduction du nouveau label, aucun réfrigérateur de classe A n’a été trouvé sur le marché. L’UE voulait ainsi inciter les fabricants à faire un nouvel effort important dans le développement de leurs produits.

Par ailleurs, il n’existe pas de schéma de conversion fixe de l'”ancienne” à la “nouvelle” classe. Ainsi, un réfrigérateur ou un lave-vaisselle portant l’ancienne étiquette A+++ peut se retrouver dans la classe B selon les nouvelles exigences, mais il peut également passer dans les classes C ou D. En effet, les critères d’évaluation des différentes catégories d’appareils ont été révisés et affinés. Cela devrait permettre une classification plus précise et plus significative pour le consommateur.

2. des méthodes de mesure plus réalistes

Outre la lettre d’identification, l’étiquette énergétique contient également des informations spécifiques sur la consommation d’électricité. Cependant, les valeurs de consommation de l'”ancienne” et de la “nouvelle” étiquette ne sont pas toujours comparables car les conditions d’essai ont changé. Elles sont désormais plus proches des conditions de vie réelles dans les foyers. Pour les réfrigérateurs, par exemple, le nombre de kilowattheures est plus élevé en vertu de la norme révisée, tandis que la valeur de consommation moyenne pour les lave-vaisselle est plus faible.

3. nouveaux critères de référence pour la demande d’énergie

Le nouveau label énergétique se veut également plus convivial pour le consommateur grâce à des valeurs de référence améliorées et uniformes pour la consommation d’énergie. Avec l’ancienne étiquette-énergie, les valeurs de référence pour la consommation annuelle étaient choisies de manière plutôt arbitraire : pour les lave-vaisselle, par exemple, la consommation annuelle était basée sur 280 cycles de lavage, et pour les lave-linge sur 220 charges de lavage.

Avec le nouveau label, la consommation annuelle se réfère toujours à 100 cycles. Il est ainsi beaucoup plus facile de convertir la consommation des ménages et donc de calculer la demande d’électricité prévue.

4. Code QR pour plus d’informations

L’étiquette énergétique présente en un coup d’œil les informations les plus importantes sur la consommation d’énergie – ni plus ni moins. Pour obtenir des informations plus détaillées sur votre nouvel appareil, il vous suffit de scanner le code QR situé dans le coin supérieur droit de l’étiquette. Ce code vous permet d’accéder à la base de données européenne des produits appelée “EPREL”(https://eprel.ec.europa.eu/screen/home), dans laquelle les fabricants doivent enregistrer leurs produits soumis à des exigences d’étiquetage à partir de 2019. À partir de début mars 2021, en même temps que l’introduction du nouveau label énergétique, les consommateurs pourront également accéder à cette base de données. Il contient des fiches techniques détaillées sur les produits ainsi que d’autres informations.

5. nouveaux pictogrammes

Enfin, la nouvelle étiquette énergie contient des pictogrammes plus grands et partiellement modifiés sur le plan graphique. Les fonctions les plus importantes de l’appareil sont ainsi encore plus faciles à comprendre et plus intuitives.

Réfrigérateur ouvert et rempli de nourriture

À quel équipement le nouvel étiquetage s’applique-t-il et à partir de quand ?

Le nouveau label énergétique sera introduit progressivement. Les premiers appareils à double étiquetage, c’est-à-dire portant à la fois l’ancienne et la nouvelle étiquette, sont sur le marché depuis novembre 2020. À partir du début du mois de mars 2021, les groupes de produits suivants devront porter le nouveau label :

  • Lave-vaisselle
  • Lave-linge et lave-linge séchant
  • Réfrigérateurs, congélateurs et caves à vin
  • Écrans et moniteurs

L’UE a défini un certain nombre d’exceptions : par exemple, les modèles dont la production a été interrompue ont été autorisés à conserver l’ancienne étiquette pendant neuf mois supplémentaires.

Pour les lampes et les ampoules, le nouveau label énergétique a été introduit le 1er septembre 2021. La phase de transition durera jusqu’au 28 février 2023, date à laquelle les produits porteront à la fois l’ancienne et la nouvelle étiquette énergétique au point de vente. Le législateur a accordé une période de transition relativement longue, car l’étiquette énergétique est généralement imprimée sur l’emballage. Cela permet aux commerçants d’écouler leur stock sans avoir à reconditionner les produits.

Pour tous les autres groupes de produits soumis à l’obligation d’étiquetage, le changement prendra encore du temps. Le calendrier : à partir de 2024, la plupart des autres groupes de produits, tels que les fours ou les aspirateurs, auront leur tour ; les appareils de chauffage ne seront pas commercialisés avec la nouvelle étiquette énergétique avant 2026.

Dans notre grande liste de conseils pour économiser l’électricité de WEMAG, vous découvrirez comment économiser encore plus d’électricité en général.

Réfrigérateur ouvert et rempli de nourriture

 

Quand un nouvel achat vaut-il la peine ?

Selon les nouveaux critères plus stricts, de nombreux appareils anciens ne seraient plus classés que dans les classes d’efficacité énergétique “médiocres” E, F ou G. Est-il préférable de remplacer ces vieux appareils énergivores par de nouveaux appareils à haut rendement énergétique dès que possible, pour le bien de l’environnement et de votre porte-monnaie ?

Mais ce calcul ne fonctionne pas toujours. En effet, la production d’appareils électriques consomme également des ressources, coûte de l’énergie et provoque donc des émissions de CO2. À cela s’ajoutent les coûts de transport et d’élimination de l’ancien équipement. L’impact environnemental associé n’est pas inclus dans les chiffres de consommation. Par conséquent, pour l’équilibre environnemental, nous devons admettre qu’il est souvent préférable de continuer à utiliser la vieille cuisinière électrique ou le vieux téléviseur jusqu’à ce qu’ils tombent en panne et d’investir ensuite dans un nouvel appareil économique. Un appareil cassé peut souvent être réparé sans trop d’efforts.

Mais cela dépend aussi du type d’appareil. Selon certaines études, il peut être judicieux de remplacer les réfrigérateurs et les congélateurs au bout de 5 à 10 ans seulement, car la nouvelle génération est beaucoup plus économe en énergie. Il en va de même pour les sèche-linge électriques : à partir de l'”ancienne” classe d’efficacité C, ils sont très inefficaces selon les éco-experts et ont donc un impact environnemental inutilement élevé.

Les habitudes d’utilisation sont également déterminantes

Il faut également garder à l’esprit que toute personne qui remplace son ancien téléviseur par un écran plat à haute efficacité énergétique de la taille d’un écran de cinéma n’a probablement pas fait une faveur à l’environnement. Parce qu’un gros appareil consomme plus d’électricité dès le départ, même s’il est techniquement optimisé. Il en va de même si le lave-vaisselle n’est rempli qu’à moitié lors du cycle de lavage Eco. Ici aussi, l’effet d’économie potentielle est rapidement annulé.

Les experts appellent également ce phénomène “l’effet rebond” : le progrès technique rend les produits plus efficaces et souvent moins chers. Mais cela peut inciter les gens à consommer davantage ou à utiliser les appareils de manière plus imprudente. Par conséquent, même avec des appareils très efficaces, veillez à ne pas les utiliser inutilement, souvent ou pendant de longues périodes !

Comment calculer la durée d’amortissement d’un nouvel achat ?

À quel moment est-il rentable de remplacer un vieil appareil électroménager ? Vous pouvez le calculer si vous connaissez les valeurs de consommation de l’ancien appareil et si vous pouvez estimer la fréquence à laquelle vous l’utilisez. Pour ce faire, suivez les étapes suivantes :

1. L’étiquette énergétique de l’ancien appareil est-elle disponibleou existe-t-il une description de l’ancien appareil? Vous y trouverez les valeurs de consommation exactes. Généralement, il s’agit d’une spécification de “x kWh (kilowattheures) par heure”. Si vous ne trouvez pas d’informations auprès du fabricant, vous pouvez également déterminer la consommation exacte à l’aide d’un compteur électrique spécial.
2. Calculer la fréquence d’utilisation de l’appareil (en heures par an). Sur cette base, vous pouvez calculer la demande annuelle d’électricité (en kWh).
Multipliez le nombre de kilowattheures (kWh) par le prix actuel de l’électricité : vous obtenez le coût annuel de l’électricité.
4. Effectuez maintenant ce calcul avec les valeurs de consommation du nouvel appareil que vous souhaitez acheter.
5. La différence entre les “anciens” coûts d’électricité et les “nouveaux” coûts d’électricité est le montant que vous pouvez économiser annuellement.
6. Divisez maintenant le prix d’achat du nouvel appareil par ce montant. Vous saurez alors en combien d’années votre nouvel achat aura été amorti.

Un nouvel outil de comparaison pour aider les consommateurs à acheter des appareils électroménagers

Si vous décidez de faire un nouvel achat, l’outil de comparaison “LABEL2020 Scan & Check”(https://tool.label2020.eu/qr-scan) vous aidera à choisir le bon appareil. Le développement de cet outil a été financé par des fonds européens et fait partie du projet européen “LABEL 2020”, qui vise à assurer une transition en douceur vers le nouveau label énergétique. L’outil de comparaison utilise les données de la base de données européenne EPREL, dans laquelle les fabricants doivent enregistrer leurs produits depuis 2019. Les consommateurs ont également un accès direct à cette base de données, mais l’outil Scan & Check, financé par l’UE, est plus facile à utiliser.

Aucune inscription n’est nécessaire pour utiliser l’outil. Les consommateurs peuvent l’utiliser pour rechercher et comparer des produits à partir de leur ordinateur ou de leur téléphone portable. Pour ce faire, il suffit de scanner le code QR figurant sur l’étiquette énergétique ou de saisir le nom du fabricant et la désignation du modèle. L’outil vous permet de comparer un nombre quelconque de produits en fonction des critères sélectionnés. En outre, les coûts d’exploitation prévus peuvent être calculés sur la base du comportement d’utilisation individuel. Cela devrait permettre une décision d’achat plus éclairée et contribuer à économiser l’énergie domestique.

Nous espérons que vous l’avez trouvé utile. Et juste au cas où, voici une vidéo de l’Irlande, qui est très facile à comprendre !